Actualités

Titre du projet

 SIMENS-MOBILE : Conception et implémentation de la mobile du système d'information médical national pour le Sénégal

Résumé

Le projet Système d’Information Medical National pour le Sénégal financé par le FISRT 2011, avait pour objectif de développer un système d’information opérationnel pour la gestion des activités quotidiennes des structures sanitaires du Sénégal. Aujourd'hui, nous sommes dans une phase d'expérimentation voire d'opérationnalisation dans un environnement réel comme au Centre Hospitalier Régional de Saint-Louis (CHRSL) ou encore la future Clinique Universitaire de l'UGB. En effet, le système a été développé en forte collaboration entre les informaticiens de l'UFR SAT et les les médecins de l'UFR 2S, ce qui lui a permis d'avoir son caractère réaliste par rapport au système de santé du Sénégal.

Bien que l'architecture client-serveur Web ait eu un succès auprès des futurs utilisateurs, ils n'ont pas manqué de souligner la nécessité de disposer une version mobile de l'application. En effet, cette version mobile permettra un meilleur suivi des patients (hospitalisés par exemple) par des médecins situés même à distance. Cette approche favorisera également une meilleure mutualisation des ressources humaines médicales.

L’objectif de ce projet de recherche SIMENS-MOBILE est de proposer une version mobile de l'application web SIMENS. Nous nous focaliserons sur deux fonctionnalités majeures déjà opérationnelles dans SIMENS :

>La consultation, pour permettre à un médecin traitant de tirer le diagnostic final après l'arrivée des résultats des examens complémentaires qui peuvent souvent tarder à être disponibles et de prescrire des traitements. Cette partie peut aussi servir à des consultations collaboratives au cas où un médecin sollicite l'expertise d'un collègue situé à un endroit sans accès à l'ordinateur.

>L'hospitalisation, pour permettre à un médecin de pouvoir suivre l'application des soins pour un patient hospitalisé. Il pourra également prescrire de nouveaux soins, mettre à jour des soins ou libérer le patient. Cette partie prévoit également une interface pour l'infirmier qui pourra visualiser ou valider des soins à partir de son smartphone ou tablette.

Mots clés: Système d'information hospitalier, dossier patient, consultation, hospitalisation, application mobile

Nom du porteur : Moussa LO- Université Gaston Berger

Partenaires : Université Alioune Diop de Bambey, Université de Thies

Planning des activités du projet:

Le projet est prévu pour une durée de 18 mois dont les différentes activités se déclinent
comme suit :

Activité 1 : Etude détaillée des spécifications techniques la plateforme mobile de
SIMENS. Elle est réalisée à travers des entretiens avec les praticiens des services de
consultations et d’hospitalisation. Une étude des technologies à utiliser sera également
faite et un choix sera effectué à la fin.

Activité 2 : Implémentation de la version mobile du module de consultation. Cette
activité est prévue dans le cadre d’un stage de Master 2 pour une durée de 6 mois.

Activité 3 : Implémentation de la version mobile du module d’hospitalisation. Cette
activité est prévue dans le cadre d’un stage de Master 2 pour une durée de 6 mois.

Activité 4 : Intégration des deux modules dans la plateforme SIMENS, déploiement et
maintenance.

Budget:

Budget sollicité au CEA: 10.099.000 FCFA

Titre du projet :

Une plateforme de simulation à base d'agents pour sensibilisation dans le cadre du contrôle et de la prévention de la propagation d'une épidémie : cas de la méningite au Burkina Faso.

Résumé

 Les habitudes comportementales et d'information sanitaire constituent les facteurs de risque majeurs de propagation des épidémies en Afrique. C'est ainsi que le Centre de Recherche en Santé de Nouna au Burkina Faso décide de se doter d'un système d'aide à la décision pour le contrôle et la prévention des maladies qui repose fondamentalement sur une stratégie de sensibilisation efficace. Dans le cadre de ce projet, nous proposons une plateforme de simulation à base d'agents pour la sensibilisation dans une communauté. Ce projet se décline en deux axes.

Le premier axe s'intéresse à l'identification du risque sanitaire. Dans cet axe de recherche,nous nous intéressons particulièrement à l'analyse des réseaux sociaux pour l'extraction des données afin de mesurer le risque sanitaire lié à l'épidémiologie de la méningite au Burkina Faso et en Afrique de l'ouest. Cependant, l'exploitation des réseaux sociaux pour l'extraction de ces données se heurte à deux principales problématiques de recherche que tenterons derésoudre dans cet axe :

>la construction d'une ontologie de domaine de la méningite pour assister la classification des messages pertinents et l'extraction des données,

>le traitement des messages exprimés en langues naturelles souvent multiples et diverses.

Le second axe porte sur l'organisation de la sensibilisation. L'objectif de cet axe est de proposer un modèle à base d'agents pour la diffusion rapide de l'information sanitaire en pérode de crise au sein d'une communauté. En effet, l'idée de cet axe part du postulat qu'il existe dans une communauté des agents ou groupes d'agents à partir desquels une information se diffuse plus rapidement à l'ensemble de la communauté.

Mots clés: Veille sanitaire, réseaux sociaux, sensibilisation, action organisée, diffusion d'information, modéles à base d'agents, ontologies, Burkina Faso

Nom du porteur : Sadouanouan Malo- Université Polytechnique de Bobo

Partenaires : Université de Ouagadougou, Centre de recherche en santé de Nouna, Université Gaston Berger, Université Alioune Diop de Bambey

Planning des activités du projet:

Les activités principales du projet sont les suivantes :

A00 : Collecte des données sur la méningite au Burkina Faso

A01 : Spécification détaillés des besoins

A02 : Prise en main du domaine de la méningite par les non thématiciens

A03 : Etat de l’art sur la construction des ontologies

A04 : Construction de l’ontologie de domaine de la méningite

A05 : Etat de l’art sur les techniques d’analyse des réseaux

A06 : Etat de l’art sur les techniques d’uniformisation de corpus multilingues

A07 : Implémentation de l’outil d’analyse des réseaux sociaux pour l’extraction des messages sur la méningite au Burkina Faso, avec un traitement préalable des messages pour leur uniformisation et l’utilisation de l’ontologie de la méningite

A08 : Exploitation des messages extraits pour l’extraction des données qualitatives et événementielles

A09 : Etat de l’art sur la modélisation et la simulation qualitatives

A10 : Construction d’un modèle de simulation qualitative pour l’identification du risque

A11 : Implémentation de la plateforme de simulation qualitative de la propagation de la méningite au Burkina Faso

A12 : Etat de l’art sur les modèles de diffusion d’information

A13 : Modélisation à base d’agents de la sensibilisation

A14 : Simulation de la stratégie de sensibilisation suite à la détection d’un risque après l’analyse des messages extraits des réseaux sociaux

A15: Intégration et evaluation de la plateforme

Budget:

Budget total du projet: 27.352.000 FCFA

Budget sollicité au CEA-MITIC: 20.000.000 FCFA

Titre du projet:

CBC : Code-Based Cryptography (CBC) – Cryptographie Basée sur Codes correcteurs d’erreurs

Résumé:

: Ce projet « Code Based Cryptography, présenté par l’Equipe de Recherche Codes Correcteurs d’Erreurs et Implantations Sécurisées Post-quantique (ERCISpq) du Laboratoire d’Algèbre de Cryptographie de Géométrie Algébrique et Applications(LACGAA) de la Faculté des Sciences et Techniques (FST) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar

>Concevoir de nouvelles primitives de chiffrement, de signature, d’identification et des fonctions de hachage basées sur les codes correcteurs d’erreurs

>Développer des méthodes de Réductions de la taille des clefs

>Construire et implanter sur logiciel et sur matériel des schémas de chiffrement, de signature et d’identification basés sur les codes correcteurs d’erreurs

>Analyser le comportement de ces constructions et implantations face à des attaques critiques, non critiques, par canaux cachés et par injection de fautes

> Participer à l'atteinte de l'excellence de la formation en STEM au niveau national

La plupart des cryptosystèmes (à clefs publiques) tels que ceux basés sur la théorie des nombres (RSA, EL Gamal, …) et sur les courbes Elliptiques (ECDSA, …) deviendraient vulnérables face aux attaques quantiques si l’algorithme de Shor était un jour implémenté dans un calculateur quantique pratique (c’est à dire un ordinateur quantique). Un message chiffré avec RSA (pour une taille de la clef de 2048 ou 4096 bits) pourrait être décrypté par factorisation de sa clé publique N; qui est le produit de deux nombres premiers (en 36 minutes ou 4,8 heures). En l’état actuel des connaissances, il n’existe pas d’algorithme classique capable de faire cela en temps O((logN)k) pour n’importe quel k. Donc, les algorithmes classiques connus deviennent rapidement impraticables quand N augmente, à la différence de l’algorithme de Shor qui peut casser RSA en temps polynomial.

Pour se préparer à un tel avènement, la communauté cryptographique développe depuis plusieurs années des alternatives résistantes à l’ordinateur quantique. L’étude de ces alternatives porte le nom de « cryptographie post-quantique ». Les cryptosystèmes basés notamment sur la théorie des codes en font partie. Ils ont de nombreux avantages, ils sont très rapides, possèdent une forte sécurité et peuvent s’implémenter en Software et s’implanter sur carte facilement. Il faut néanmoins déplorer la très (trop ?) grande taille de leurs clefs publiques, et parfois aussi de leurs clefs privées, défaut auquel nous proposons de remédier en utilisant des codes particuliers

L’innovation qu’apporte cette cryptographie aura un fort impact car la machine quantique rendrait vulnérable tous les autres moyens de sécurisation des données. Quand on sait à quel point la sécurité des données est importante, on peut comprendre les risques encourus si des alternatives ne sont pas développées.

L’accent sera mis dans un premier temps sur les protocoles basés sur des problématiques de théorie des codes correcteurs d’erreurs, à savoir le problème de décodage par syndrome. Il existe dans ce domaine des fonctions de hachages, des générateurs d’aléas, des protocoles de signatures, de chiffrement et d’identification mais très peu d’implémentation matérielle. La faisabilité sera étudiée par prototypage avec les cartes FPGA, des cartes à puce, et les cartes (antennes) RFID.

Cependant, les implantations sur support électronique (par exemple carte à puce,puce RFID) sont souvent vulnérables à des attaques de type physique (consommation de courant ou rayonnement électromagnétique, des injections de Fautes, …) et il est indispensable de proposer des solutions sécurisées vis-à-vis de ce type d’attaques. Les attaques par canaux cachés utilisent les informations fuyantes durant la mise en oeuvre du protocole cryptographique telles que le rayonnement électromagnétique ou la consommation de courant.

Ce projet nous permettra de proposer des solutions contre la robustesse de la taille des clefs publiques qui reste le problème principal pour l’utilisation pratique, de réaliser en pratique ces implantations sur FPGA puis de mettre en place les analyses de consommation et de rayonnement pour proposer des contremesures contre de telles fuites d’information.

Pour atteindre tous ces objectifs qui demandent des compétences en mathématiques, informatique et électronique, nous serons amenés, à collaborer avec des personnes de différentes institutions telles que les universités nationales et internationales les entreprises locales et régionales, également à former les doctorants et les étudiants de Master à ces technologies innovantes.

Nos compétences individuelles et au sein de l’équipe, nous permettront, au Sénégal, de pouvoir réaliser de tels travaux de recherches. Cette thématique est nouvelle dans la région et permettrait à plusieurs établissements privés et publics (exemple : opérateurs de télécommunications, constructeurs de cartes électroniques, banques, services informatiques, départements ministériels tels que le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le Ministère des Forces armées, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère de l’Intérieur, le Ministère de la Santé, etc.) d’en bénéficier. En effet, ils constituent des débouchés potentiels réels de ce type de travaux en amont.

Mots clés: Cryptographie, codes correcteurs d'erreurs

Porteur : Cheikh Thiecoumba Gueye- Université Cheikh Anta Diop de Dakar

Partenaires : Université Gaston Berger, Université Alioune Diop de Bambey, Réseau Africain Formation à Distance, Université Marien Ngouabi-Congo

Planning des activités:

Année 2015-2016
· Achat de livres et de matériel informatique (PCs, Imprimante, Scanner,
Photocopieur) ;
· Cours sur les Système embarqués et la cryptographie posta-quantique destiné
aux étudiants et membres du projet ;
· Séminaire Hebdomadaire sur les thèmes de recherche ;
· Séminaires Itinérants interuniversitaire mensuels ;
· Achat d’équipements pour les systèmes embarqués (Cartes à Puce, Cartes
RFID, Lecteurs de Carte, Oscilloscope, Carte FPGA) ;
· Soutenance des mémoires de Master ;
· Visio conférence entre le projet CBC et les universités partenaires ;
· Soutenance de thèse (Ousmane N’diaye, El Hadji Modou Mboup) ;
· Mission d’expertise d’un mois au laboratoire sur l’installation du
matériel destiné aux attaques par canaux cachés d’un expert du Laboratoire
Hubert ; Curien de l’Université de Saint-Etienne ;
· Evaluation en mi- parcourt ;
· Participation aux conférences nationales et internationales

Anneé 2016-2017

Soutenance de thèses (Khady Mbouye Diagne) ;
· Jury de soutenance et séjour de recherche ;
· Publication des résultats obtenus ;
· Evaluation des activités du projet ;

Budget:

Budget sollicité au CEA:19.899.304 FCFA

Titre du Projet:

Modéliser la capture du dividende démographique

Résumé:

La capture du dividende démographique selon la méthodologie du NTA est sur un processus de calcul intensif en données qui présente des coûts élevés. Ce phénomène complexe ne peut être assimilé seulement à des sommes d’excédent ou de déficit de cycle de vie d’individus ou de ménages mais plutôt à des comportements émergents et auto-organisationnels à travers plusieurs échelles résultant du déficit du cycle de vie des individus et des ménages d’un pays.

C’est pourquoi il est important de proposer des modèles pour mieux le cerner et permettre aux décideurs politiques de prendre les bonnes décisions pour anticiper les crises sociales.

Mots clés: Déficit, cycle de vie, dividende démographique

Nom du porteur : Mamadou Bousso- Université de Thies

Planning des activités du projet:

Le projet se déroulera en quatre phases principales:

> Phase collecte des données: il s'agira de collecter valider et fusionner toutes les données nécessaires au développment et à la validation des modèles.

> Phase développment de modèles et écriture d'algorithmes: Cette phase est la plus cruciale et la plus longue et peut nécessiter un retour à la phase collecte des données. A l'issue de cette phase les modèles seront développés et implémentés et leurs paramétres optimisés. Cette phase peut etre itérative.

> Phase simulation de scénario et validation de modèles: Il s'agit de préparer une documentation sur des scénarios réelles à travers différents pays et de les reproduire à travers les modèles

> Phase publication: écriture et publication d'articles et de policy briefs.

 

Budget:

Budget sollicité au CEA: 12.420.000 FCFA

Titre du projet

Apport de la télédétection et la modélisation à l’estimation superficies cultivées et des rendements agricoles pour une meilleure évaluation de la vulnérabilité du système agricole dans le contexte des changements climatiques.

Résumé

 Le Sénégal est un pays où l’agriculture est majoritairement pluviale. Seuls 5% terres cultivées sont irriguées Cette agriculture est tributaire des aléas climatiques ce qui en fait un système particulièrement vulnérable aux changements climatiques. En effet, les bouleversements climatiques observés depuis quelques années sont à l’origine de changements climatiques dont l’impact sur l’agriculture suscite bien des interrogations.

L'Afrique est au premier rang des régions concernées par la question de l'impact des fluctuations climatiques sur l’agriculture. La variabilité climatique au Sahel est à l’origine d’importants problèmes liés à la viabilité comme la disparition des arbres (Mainguet,1990 ; Chamard et Courel, 1999), la dégradation des sols (Le Houérou, 1989), le déficit pluviométrique. Ce qui a négativement impacté l’agriculture et donc une menace sur la sécurité alimentaire et l’aggravation de la pauvreté dans la région.

L’impact négatif du Changement Climatique sur l’Agriculture est accentué par l’insuffisance des capacités financières et économiques et aussi par le manque d’une sensibilisation appropriée et de partage ciblé de connaissances, des résultats de recherche et de bonnes pratiques tant pour l’adaptation que pour l’atténuation.

Ce projet se propose d’étudier l’impact des changements climatiques sur les rendements agricoles en développant des méthodes d’estimation des superficies agricoles, de suivi des cultures et d’estimation des rendements agricoles grâce à la télédétection.

Mots clés: Modélisation, télédetection, agriculture, changement climatique

Nom du porteur : Gayane Faye- Centre de Suivi Ecologique

Partenaires : ANACIM, CNRA, UGB

Planning des activités:

> Utilisation de la télédétection pour le calcul des superficies cultivées pour
chaque spéculation.
Cette activité consistera à prendre des points de calages pour l’exploitation des
données de télédétection. Elle permettra de faire le seuillage radiométrique des
images afin de pouvoir calculer la réflectance moyenne de chaque type de culture et
ainsi parvenir à les cartographier.

> Prévision des rendements en utilisant les modèles mathématiques pour une
prise en charge préventive d’éventuels problèmes ;
Ici il s’agira d’abord de collecter des données climatiques auprès de l’ANACIM
(Agence Nationale de l’Aviation Civile et de la Météorologie). Ces données qui
seront les inputs des modèles sont indispensables pour la bonne marche de cette
étude. Un travail d’échantillonnage bimensuel sera effectuer sur des parcelles
choisies pour chaque types de culture (mil, maïs, sorgho, arachide, etc..). Il s’agira de
mesurer sur le terrain tous les paramètres phénologiques pour calibrer les modèles.
Pour chaque type de culture on choisira une parcelle sans apport d’intrant et une
autre avec apport d’intrant. Le travail de modélisation sera fait au laboratoire.

> Analyse de l’impact des changements climatiques sur les cultures ;
Pour cette partie, nous utiliseront les données climatiques historiques ainsi que les
données de télédétection pour estimer les rendements des années précédentes afin de
voir comment les changements climatiques ont affecté l’agriculture. A cela va
s’ajouter les données d’enquêtes de terrain pour bien mesurer la vulnérabilité mais
aussi le comportement des agriculteurs face aux défis des changements climatiques.
Ces enquêtes seront menées avec l’aide d’étudiants choisi dans les universités
partenaires du CEA-MITIC.

> Projection du comportement de l’agriculture dans les années à venir en se
basant sur les scenarios climatiques.
Cette partie sera faite en utilisant les modèles testés et validés pour chaque type de
culture. Pour les données climatiques, nous nous baserons sur les modèles de
projection des différents scénarios climatiques (des scénarii les plus pessimistes au
plus optimistes). Ce travail sera entièrement réalisé en laboratoire.

Budget:

Budget sollicité au CEA: 19.840.000 FCFA

Appel à candidatures

::  Find us on:

  • > Centre d'Excellence Africain en Mathématiques, Informatique et TIC (CEA-MITIC)
  • > UFR de Sciences Appliquées et de Technologie (UFR SAT)
  • > Université Gaston Berger
  • > St-Louis Sénégal
  • >BP 234 Saint-Louis du SENEGAL
  • Email :ceamitic@ugb.edu.sn ceamitic@ceamitic.sn
  • Tel.: +221 33 961 23 40
© Ceamitic 2015